Nos normes en matière de bien-être animal

Mis à jour il y a 12 heures | Temps de lecture : 4 min
Enregistrer

Toute expérience proposée par le biais de notre plateforme et qui implique une espèce vivante doit se dérouler dans le respect et l’humilité, en prenant en compte les peuples, les animaux, les communautés et l’environnement de la planète. Afin de décider avec qui travailler ou ne pas travailler, nous nous appuyons sur les modèles des Cinq Libertés et des Cinq Domaines.


Que contient cet article :

  1. Avec qui travaillons-nous ?
  2. Avec qui refusons-nous de travailler ?
  3. Le modèle des Cinq Libertés
  4. Le modèle des Cinq Domaines

Avec qui travaillons-nous ?

Nous travaillons avec les types d’établissements et les partenaires suivants :

  • Les sanctuaires et les refuges pour animaux ayant pour objectif d’assurer le bien-être de ces derniers.
  • Les zoos et aquariums membres d’un organisme accrédité : l’Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA), l’Association des zoos et aquariums (AZA), l’Association européenne des zoos et aquariums (EAZA) et l’Association ibérique des zoos et aquariums (AIZA) se conforment à nos propres Normes en matière de bien-être animal
  • Les lieux où les visiteurs peuvent observer les animaux sauvages dans un environnement naturel ou semi-naturel.
  • Les partenaires proposant des écotours qui préservent l’environnement et assurent le bien-être des animaux concernés, en mettant l’accent sur l’éducation.
  • Les partenaires proposant une observation responsable de baleines et de dauphins.
  • Les établissements proposant des promenades ou des activités pratiquées avec des animaux domestiqués, telles que l’équitation.

Avec qui refusons-nous de travailler ?

Nous ne travaillons pas avec les établissements ou les partenaires qui proposent ou font la promotion de l'une des activités suivantes :

  • L’interaction directe avec des animaux sauvages de certaines espèces*
  • Spectacles animaliers et cirques mettant en scène certaines espèces d’animaux sauvages*
  • Les combats d’animaux de tout type
  • Les courses d’animaux de tout type
  • Les chasses aux trophées ou les chasses closes
  • Les activités à dos d’animal sauvage
  • Les aquariums dans lesquels des baleines et/ou des dauphins sont maintenus en captivité
  • Les structures dans lesquelles des animaux sauvages sont élevés à des fins de production commerciale, telles que les élevages de crocodiles, les exploitations de café de civette, les exploitations de bile d'ours, les élevages de tortues ou de serpents, etc. 
  • Les lieux vendant des produits fabriqués à partir d’animaux sauvages, tels que les carapaces ou la viande de tortue, les peaux de serpent, les têtes de crocodile, etc.

* Les « animaux sauvages de certaines espèces » désignent notamment les mammifères marins, les éléphants, les ours, les fauves, les primates, les paresseux, les oiseaux de proie et les reptiles.


Le modèle des Cinq Libertés

Notre positionnement en matière de bien-être animal est fondé sur le modèle des Cinq Libertés. Selon ce modèle, les êtres humains doivent offrir aux animaux placés sous leur responsabilité les conditions de vie suivantes :

  • L’absence de faim et de soif, en leur garantissant l’accès à de l’eau fraîche et à une alimentation adaptée.
  • L’absence d’inconfort en leur garantissant un environnement approprié comportant des abris et une zone de repos confortable.
  • L’absence de douleurs, de lésions et de maladies, en leur garantissant un traitement respectueux, en assurant une gestion qualifiée de leur bien-être et en leur fournissant l’accès à des soins vétérinaires.
  • La possibilité d’exprimer librement les comportements normaux de leur espèce, en leur garantissant un espace suffisant, un environnement semblable à leur habitat naturel et des contacts avec leurs congénères.
  • L’absence de peur et de détresse, en leur apportant des conditions de vie et des soins ne générant pas de souffrance psychologique.

Le modèle des Cinq Domaines

En complément du modèle des Cinq Libertés, nous nous référons également au modèle des Cinq Domaines pour mettre en place des normes de bien-être animal plus solides. Le modèle des Cinq Domaines se concentre davantage sur l’état psychologique de l’animal et promeut activement son bien-être, au-delà de la simple absence de maltraitance. Selon ce modèle, les animaux disposent de droits dans les domaines suivants :

  • L’alimentation : il s’agit de fournir à l’animal un accès à de l’eau propre et à une alimentation équilibrée et variée, le tout en quantité suffisante.
  • L’environnement : il s’agit de fournir à l’animal un environnement confortable en termes de température, d’espace, d’air, d’odeurs, de bruit et de prévisibilité.
  • La santé : il s’agit de facteurs permettant l’absence de maladies, de blessures ou de troubles chez l’animal, ainsi que son maintien en bonne forme physique.
  • Le comportement : il s’agit de facteurs offrant à l’animal un environnement varié et changeant avec lequel il peut interagir (stimulations sensorielles, possibilité d’explorer, de rechercher de la nourriture et de créer des liens avec d’autres animaux, éléments lui permettant de jouer, espace où se cacher, etc.).
  • La santé mentale : il s’agit de permettre à l’animal de ressentir les sensations de plaisir, de confort et de vitalité, et de diminuer les ressentis négatifs tels que la peur, la frustration, la faim, la douleur ou l’ennui.

Avez-vous trouvé cet article utile ?