Attirez la demande anticipée

L’été approche à grands pas ! Attirez les voyageurs réservant déjà leurs vacances grâce à nos données et conseils.

Découvrir le guide

Perspectives du secteur

Mon objectif de durabilité : gérer un B&B dans une aire protégée

 | Enregistrer
Amanda Zimlich est la propriétaire de l’établissement Otters Pond Bed and Breakfast, situé sur l’île d’Orcas dans l'État de Washington (États-Unis). Elle nous fait part des mesures durables qu’elle a prises pour réduire son impact sur l’environnement

Propriétaire de l’établissement Otters Pond Bed and Breakfast

Orcas est un lieu assez unique. L’île est dotée de ressources limitées, et c’est ce qui m’a fait prendre conscience de mon empreinte carbone. Mon établissement se trouve juste à côté du magnifique parc d'État Moran, un espace très bien protégé. Je pense qu’en tant que cheffe d’entreprise, il est de ma responsabilité d’accomplir mon maximum pour atténuer mon impact sur l’environnement et préserver cet écosystème insulaire délicat. 

S’appuyer sur les mesures énergétiques existantes

J’ai acheté l’établissement Otters Pond Bed and Breakfast en 2019. J’ai eu de la chance, car le bâtiment tel que je l’ai acquis bénéficiait déjà d’une excellente isolation et d’une infrastructure solide comprenant de nombreux puits de lumière. Cette configuration permet d’accroître l’efficience énergétique en limitant les besoins en électricité et en chauffage. Par conséquent, la consommation et les coûts liés à l’énergie sont eux aussi restreints. 

Même si le bâtiment était en bon état au départ, je savais qu’il était possible de faire mieux et de mettre en œuvre des pratiques durables. Nous avons fait appel à une entreprise spécialisée dans le développement durable afin d’effectuer un audit énergétique et d’identifier les points à améliorer. J’ai découvert que des initiatives simples, comme remplacer les ampoules existantes par des LED, permettaient de limiter les émissions. 

De nombreuses opportunités s’offrent encore à moi pour réduire davantage les émissions par source d’énergie, notamment les panneaux solaires. Il s’agit d’ailleurs de la prochaine étape que je souhaite mettre en œuvre. Même si l’installation de ce dispositif représente une dépense importante au début, j’ai calculé qu’il serait rentabilisé en 4 ans. 

Une solution maison au gaspillage alimentaire

Je suis cheffe cuisinière de métier, et c'est comme cela que j'ai rejoint le secteur de l'hôtellerie. J’ai travaillé dans la restauration et le développement de produits pour des entreprises telles que Campbell Soup Company avant de devenir hôte. La cuisine est pour moi une passion, et pas seulement une profession. 

Le jardin de mon établissement me fournit des ingrédients toute l’année, y compris des légumes, des baies et des herbes. Je les utilise pour préparer les plats au menu du petit-déjeuner. C’est une approche en circuit court, avec de nombreux aliments biologiques cultivés directement sur place. Tout ce que je ne peux pas faire pousser moi-même, je l’achète chez des fermiers locaux. De cette manière, j’aide les professionnels de la région, je limite le gaspillage et je réduis mon empreinte carbone puisque la nourriture provient directement de l’île. 

Herb garden

Orcas jouit d’un climat océanique. Il y fait assez humide toute l’année, ce qui peut compliquer la culture de certains produits, par exemple les tomates. Le jardinage n’est pas ma vocation, c’est ma mère qui m’a tout appris à ce sujet. J’y arrive de mieux en mieux, car je m’appuie sans cesse sur ce que j’ai planté à la saison précédente. Faire pousser mes propres produits m’a permis de réduire considérablement mes dépenses en nourriture, tout en offrant aux clients des fruits et des légumes d’excellente qualité et d’une fraîcheur incomparable. 

J’ai par ailleurs quelques poules pondeuses de race patrimoniale. Elles nous fournissent non seulement des œufs frais et biologiques pour notre carte, mais aussi du fumier qui me sert à créer mon compost. Lorsque j’étais enfant, ma famille en faisait. Acquérir des poules m’a motivée à m’y remettre. De plus, tous mes déchets alimentaires finissent au compost. C’est un cycle alimentaire complet.  

La protection de la faune environnante

L’étang Otters Pond est approvisionné en eau par une source souterraine, et fait partie du même bassin versant que les lacs et les étangs du parc d’État Moran. L’emplacement de l’étang en fait l’habitat idéal pour plus de 100 oiseaux migrateurs et pour des grandes espèces de rapaces, notamment des pygargues à tête blanche, des hiboux et des faucons. L’étang abrite également des truites, des loutres, des visons, des castors, des ratons laveurs, des tritons, des serpents et des grenouilles. Son écosystème est très délicat : un petit rien peut le perturber. Je me sens personnellement responsable de la préservation de son équilibre naturel. 

Lorsque j’accueille mes clients et que je leur fais visiter l’établissement, je leur parle de l’environnement de l’étang et des règles à respecter sur place. Par exemple, il est important de ne pas nourrir les oiseaux et les animaux sauvages avec des restes de repas. J’implique également mes clients dans le recyclage et le compostage. Les gens viennent habituellement pour renouer avec la nature et s’éloigner de la ville. Ils sont donc déjà plutôt sensibles à l’impact de leurs actions pendant leur séjour. 

Quand je jardine, je n’utilise aucun produit chimique toxique comme des pesticides. Cela nuirait à la faune et à la flore naturelles de l’étang ou des terres environnantes. Ces substances ont non seulement un impact négatif direct sur le paysage, mais elles sont aussi nocives pour les pollinisateurs et la vie sauvage. 

La motivation dans la satisfaction des clients

Lorsque je suis arrivée à Otters Pond, je pensais que j’aurais le loisir d’attendre que l’équipement se casse avant de le remplacer. Cependant, j’ai désormais envie d’agir plus rapidement afin de moderniser le bâtiment. En effet, je découvre que des améliorations pourraient d’une part limiter l’empreinte carbone et les coûts d’exploitation, et de l’autre augmenter la satisfaction des clients. 

Ces derniers remarquent les mesures plus durables, y compris la réduction de l’utilisation de plastique à usage unique, et ont émis des retours extrêmement positifs. Choisir de séjourner dans un hébergement écoresponsable leur donne l’impression d’agir à leur échelle. Cela m’encourage à continuer à chercher de nouvelles façons de conduire mes activités dans le respect de l’environnement.   

Working in field
Voyage Durable

Découvrez comment présenter vos efforts en matière de développement durable aux clients sur notre plateforme.

 

Solutions

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Topics
À retenir
  • Travailler avec des entreprises locales spécialisées dans le développement durable peut vous aider à identifier des axes d’amélioration 
  • Cultiver des produits biologiques sur place, comme des légumes, des fruits et des herbes, peut réduire vos dépenses d’alimentation
  • Protéger la faune et la flore naturelles locales, tout en sensibilisant les clients aux règles à respecter sur place, constitue une étape importante d’une démarche responsable