Tirez parti de notre guide basé sur des données pour attirer la demande de cette fin de saison.

carbon.jpeg

Comment les propriétaires d’établissements peuvent-ils atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ?

 | Enregistrer
Un nouveau rapport met en évidence les mesures que les partenaires peuvent prendre pour aider le secteur des voyages à devenir neutre en carbone d’ici 2050. Trois axes, dont la réduction de la consommation d’énergie et la sensibilisation, peuvent aider les établissements à surmonter les défis liés à la décarbonation.

Booking.com a récemment collaboré avec EY Parthenon et les consultants en stratégie OC&C pour élaborer le rapport Global accommodation sector – The road to net zero emission. Ce rapport met en avant les mesures que les propriétaires d’établissements peuvent prendre pour réduire leurs émissions de carbone et aider le secteur des voyages à atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050. Dans le cadre de ce rapport, 6 500 établissements de tous types et répartis dans le monde entier ont participé à un sondage. 

Dans le secteur du tourisme, les hébergements représentent actuellement environ 10 % des émissions de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre équivalents (eq CO2). La réduction des émissions de 17 mégatonnes (Mt) par an (soit une baisse de seulement 6 à 7 %) mettrait les hébergements sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de zéro émission nette au cours des 30 prochaines années. 

Les mesures de réduction des émissions de carbone peuvent être envisagées selon 3 axes : les économies de ressources, la sensibilisation de la clientèle et du personnel, ainsi qu’une transition vers des énergies renouvelables. Ces mesures peuvent entraîner une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pouvant atteindre 20 %. Malgré les investissements initiaux, la plupart des mesures peuvent aussi avoir un effet positif au niveau financier pour les établissements, en raison des économies à long terme. Il est également important que les établissements adoptent plusieurs types d’initiatives, même si elles semblent insignifiantes. Tout engagement, même limité, est préférable à l’inaction.

Faire des économies d’énergie

La première démarche qu’un établissement peut entreprendre consiste à réduire sa consommation d’énergie et d’eau, ainsi que le gaspillage. Environ 75 % des possibilités de réduction sont associées à la mise en œuvre de seulement 3 initiatives : l’installation d’un système de chauffage et de climatisation à haut rendement énergétique, l’utilisation d’appareils à faible consommation et l’installation de fenêtres à double vitrage.

Cependant, il est également important de se concentrer sur des mesures de moins grande envergure, souvent plus faciles à entreprendre. Vous pouvez par exemple éteindre le minibar par défaut et ne pas laver les serviettes tous les jours. En effet, chacune de ces pratiques peut vous permettre de réduire de 2 % les émissions d’équivalent CO2. Ces mesures peuvent être mises en œuvre immédiatement, sans investissement supplémentaire.

Encourager les autres à se soucier davantage de l’environnement

La 2e étape de l’amélioration des pratiques consiste pour les établissements à inciter les clients et le personnel à adopter un comportement plus responsable. Les clients restent libres de suivre ou non les indications des établissements. Cependant, ces derniers peuvent encourager des pratiques plus intelligentes et plus efficaces. Cela contribue à une amélioration globale et permet d’augmenter la demande en matière de mesures durables.  

Les établissements peuvent par exemple encourager gentiment leur clientèle à éteindre la climatisation ou le chauffage, ainsi qu’à prendre des douches plus courtes. Proposer à la clientèle de participer à l’effort collectif peut fonctionner, mais il peut être encore plus convaincant d’offrir une récompense. Aux États-Unis, 45 % des voyageurs interrogés n’adoptent pas un comportement durable et sont susceptibles d’être convaincus d’agir de manière responsable uniquement si on les y incite. En revanche, 40 % d’entre eux sont prêts à adopter des mesures plus durables simplement en étant encouragés à le faire.

Les établissements peuvent organiser des réunions ou créer des comités dédiés à la réduction des émissions de GES, à l’occasion desquels les membres du personnel pourront s’impliquer personnellement. C’est une bonne façon d’amener tout le monde à se sentir concerné par la question. Des mesures de moins grande envergure, comme le fait d’éteindre la lumière dans les hébergements vides, peuvent contribuer à l’effort global. Enfin, si l’ensemble du personnel s’engage dans une démarche plus durable, il pourra à son tour encourager activement les clients à faire de même. 

renewable_energy.jpg

 

Effectuer une transition vers les énergies renouvelables

Pour atteindre la neutralité carbone, un établissement peut aussi réduire sa dépendance vis-à-vis des énergies fossiles en se tournant plutôt vers des énergies renouvelables. Il peut le faire dans ses propres locaux ou en se raccordant à un réseau national d’énergie verte. Enfin, il est également possible de compenser les émissions de CO2, mais cette solution n’est pas à privilégier. 

Les établissements souhaitant générer et utiliser leur propre énergie renouvelable disposent d’options leur permettant de le faire. Des éoliennes, des pompes à chaleur et des panneaux solaires peuvent être installés sur place. Les établissements peuvent également faire appel à des fournisseurs externes d’énergie renouvelable. Certaines administrations locales proposent des aides et des incitations afin d’encourager les établissements à investir dans les énergies renouvelables. Cela permet de les aider à couvrir les frais initiaux liés à ces investissements. 

La compensation des émissions de CO2 ne doit être envisagée qu’en dernier recours. Dans les cas où elle est utilisée, il est possible d’acheter des crédits carbone. Chaque crédit correspond à l’émission d’une tonne d’équivalent CO2. Les crédits sont transmissibles et ont pour objectif de favoriser la réduction des émissions de carbone, ou le stockage du carbone émis. La réduction des émissions passe généralement par l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, des transports et d’autres éléments. Le stockage du carbone empêche les GES d’entrer dans l’atmosphère. Il existe de nombreuses mesures permettant de le stocker, comme le fait de planter des arbres. 

Défis potentiels liés à la réduction des émissions

Il n’existe pas de solution miracle pour réduire les émissions. Plusieurs mesures doivent être prises pour aboutir à des changements significatifs. Le coût des mesures peut constituer une source d’inquiétude. Cependant, 58 % des mesures présentées dans le rapport entraînent une baisse des dépenses énergétiques à long terme. Cela signifie que les établissements peuvent faire des économies s’ils sont prêts à faire preuve de pédagogie et à effectuer des investissements initiaux.

Toutes les mesures ne permettent pas de réduire les émissions de carbone à la même échelle, ce qui constitue une difficulté supplémentaire pour les établissements. Les taux mondiaux d’adoption d’initiatives de décarbonation fluctuent actuellement entre 30 et 70 %. Pourtant, certaines pratiques, telles que l’éclairage économe en énergie, constituent déjà une norme dans le secteur des hébergements. La meilleure façon de réduire ses émissions consiste à adopter plusieurs mesures, de plus ou moins grande ampleur, plutôt que de se concentrer sur une seule initiative.

Offres, promotions et réductions cumulables

En conclusion, les établissements, les clients et les autorités doivent adopter une approche globale pour atteindre la neutralité carbone. Si les établissements n’ont pas les mêmes ambitions que les autres acteurs du secteur, la mise en œuvre des initiatives devient plus complexe. Pour réussir la décarbonation, le secteur des hébergements et les acteurs externes doivent s’aligner sur un objectif commun. 

Le changement climatique est et restera l’un des plus grands défis de notre époque. Heureusement, les propriétaires d’établissements peuvent contribuer grandement à réduire les émissions et les coûts tout en offrant à leurs clients une expérience positive. Prendre les devants en matière de développement durable aidera également les établissements à se démarquer auprès d’une clientèle soucieuse de l’environnement.

L’urgence ne fera qu’augmenter si aucune action immédiate et substantielle n’est prise par tous les acteurs du marché. La collaboration est essentielle pour décarboner le secteur. Des consommateurs aux gouvernements, si nous travaillons tous ensemble, nous pourrons amener le secteur des voyages à zéro émission nette de carbone d’ici 2050. 

 

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Topics
À retenir
  • Le nouveau rapport de Booking.com aide les établissements à identifier les domaines dans lesquels ils peuvent réduire leurs émissions de carbone, afin d’atteindre l’objectif commun de rendre le secteur des voyages neutre en carbone d’ici 2050.
  • De nombreux établissements appliquent déjà des mesures de réduction des émissions de CO2, mais il est possible d’en faire plus. 
  • Il existe 3 principaux axes d’amélioration, tous essentiels pour diminuer les émissions : la réduction de la consommation de ressources, la sensibilisation du personnel et de la clientèle, ainsi que le passage aux énergies renouvelables.
  • Malgré les investissements initiaux, la majorité des initiatives de décarbonation permettent en réalité aux établissements de faire des économies.